L'homme de Kaboul de Cedric Bannel

Publié le par Livres d' un jour

61643544_p.jpg

Cédric Bannel nous propose ici un roman, qui nous entraîne principalement en Afghanistan . On se retrouve pris dans un voyage entre le Moyen-Orient et l'Occident, à la découverte d'une inter-culturalité dont les traits les plus vifs affinent notre portrait de l'humanité. Deux univers qui se rencontrent, deux univers complétement diffèrents; L'Afghanistan déchiré entre des tensions religieuses, ethniques , politiques, et sans oublier l'injustice faîte aux femmes d'une part et la Suisse aux inégalités sociales et économiques, d'autre part.


Nous allons suivre Oussama Kandar, la cinquantaine, chef de la police criminelle de Kaboul. Un homme qui croit encore en la justice, qui tente de l'appliquer, ce qui se fait de plus en plus rare dans ce pays corrompu. Un homme très croyant aussi, correct et modéré, et très respectueux , qui mènera son enquête au rythme de ses prières. Il est appelé sur les lieux d'un suicide, il ne croit pas à ce suicide. Il commence une enquête, parfois au risque de sa vie.

De l' autre côté , en Suisse, un jeune analyste Nick, qui voit son monde peu à peu s'écrouler. Ces deux hommes vont se rencontrer, leurs deux "affaires" n'en font qu'une.


Cédric Bannel nous a transmis son savoir sur ce pays. Il le décrit très bien, il connaît les rouages des systèmes financiers internationnaux, puisqu'il est un ancien haut fonctionnaire des Finances. Kaboul nous est présentée comme une ville où l'angoisse règne. Des petites ruelles où à chaque coin un drame peut survenir. La ville est déstabilisée, les femmes sont toujours soumises aux hommes. Elles ne peuvent pas sortir , sans ce carcan qui les étouffe. Le port de la burqua est obligatoire.

 

"Dans les provinces, personne ne critique la burqa. C'est notre tradition. Le Coran l'exige."

 

Les attentats suicides  se succèdent et laissent des morts. La ville est encore marquée par les actes des Talibans.

Ce livre est non seulement un thriller ,mais surtout il est une source d'informations, une ouverture d'esprit à cet Orient que nous ne connaissons pas bien.

On ne sait que ce que les médias veulent bien  nous transmettre.


A la fin de son livre, Cedric Bannel nous cite ses ouvrages préfèrés, afin que nous continuions d'approfondir  notre connaissance sociologique, géopolitique et historique de ce pays.


Les premiers livres sont en anglais ;

- An ordinary soldier de Doug Beattie

- Unexpected light ; Travel in Afghanistan de Jason Eliot

 -Récit de voyage de Rory Stewart

- Au coeur du chaos de Ariane Quentier - Denoël 2008

- Femmes d'Afghanistan d'Isabelle Delloye - Phébus 2002

 

Unknown-1-copie-1

 

Quatrième de couverture;

 

Quand Oussama Kandar, chef de la brigade criminelle de Kaboul, ancien héros de guerre contre les Russes et les talibans, découvre le cadavre de Wali Wadi, il n'imagine pas déclencher l'une de ces séries de minuscules événements qui se terminent en raz de marée. D'après Oussama, l'homme qui gît au milieu de son magnifique salon, une balle dans la tête, ne peut en aucun cas s'être suicidé, comme l'affirme le ministre de la Sécurité. Profondément intègre, opposé à la corruption qui gangrène son pays, Oussama croit en la justice. Par fidélité à ses principes, il refuse de classer l'affaire......

 

Auteur ; Cédric Bannel

Editeur ; Robert Laffont

Parution : 15/03/2011

ISBN : 2221117158

 

critiquesABC2013

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article