Comité de lecture

Publié le par Astazie

9782742739318

Titre : Dolce Agonia

Auteur: Nancy Huston

Editeur : Babel

ISBN: 978-2744152856

 


Quatrième de couverture:

 

Voici une histoire dans laquelle notre guide n'est autre que Dieu lui-même, lequel s'est pris pour un romancier et s'est donné pour tâche de nous faire voir vers quel destin s'acheminent à leur insu les personnages.
Douze convives passent ensemble une soirée de Thanksgiving dans l'Amérique profonde, chez Sean Farrell. Parmi eux, on en reconnaît quelques-uns - comme Rachel ou Derek que l'on avait rencontrés déjà dans La Virevolte. Ils sont tous campés avec l'autorité que leur donne une romancière rompue dans l'art de révéler le vertige des pensées et la valse des sentiments, une observatrice impitoyable des attitudes, des gestes et du comportement. Les douze parlent donc de la naissance et de la mort, ils discutent de la vie et de l'amour, ils déballent leurs espérances et leurs désillusions, faisant, au passage, voir le métissage profond de leur société. Mais nous, qui avons été avertis par Dieu-le-romancier du sort qui les attend, nous assistons à leurs conversations et à leurs manèges avec, dans notre conscience, le poids d'une vérité que nous avons reçue mais que nous ne pouvons leur transmettre. D'où une admirable tension narrative qui est bien la plus haute ambition d'un romancier. Et peu à peu apparaît ainsi l'allégorie dans la fresque singulière que brosse Nancy Huston : à l'occasion de cette soirée de Thanksgiving, c'est, en effet, le sens même de la fiction qui nous est proposé, avec les mythes fondateurs de la littérature romanesque.

 

 

Mon avis :


Ils sont 12 ce soir-là autour de la table de Sean Farrell, un poète qui se sait atteint d'un cancer incurable. Plus le bébé qui dort là-haut. Sauf Chloé, jeune mère éclopée par une terrible enfance, et quelques autres, ces convives d'origines diverses sont tous bien installés dans le mitan de la vie, ou dans la vieillesse. Une vie dont ils revoient des pans alors que la conversation défile et que la soirée se voit prolongée par une tempête de neige...

Chacun se souvient de sa vie, des épisodes de vie heureuse et ses faiblesses.En effet, Dieu lui-même s'est invité à ce repas, et se permet, en douze inserts souvent tranchants comme la serpe (c'est le personnage le moins tendre de tous) de nous révéler comment se poursuivra, et surtout s'achèvera la vie de chacun des protagonistes.

Ce livre est agréable à lire, il nous entraîne dans une réflexion sur la condition humaine.

 

Les lecteurs ont apprécié ce livre. Sur le site de Pierre Campion

 

Publié dans Comité de lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article