Autres Lectures

Publié le par Astazie

tessonS.jpgAssez tôt, j'ai compris que je n'allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m'installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie.
J'ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal.
Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j'ai tâché d'être heureux.
Je crois y être parvenu.
Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à la vie.
Et si la liberté consistait à posséder le temps ?
Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d'espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures ?
Tant qu'il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu.

 

 


 

C'est avec plaisir que j'ai retrouvé l'écriture de Sylvain Tesson. Il a choisi de s'isoler six mois dans une cabane à trois jours de route d’Irkoutsk,  l’isolement est total en plein hiver sibérien. Il va passer six mois seul, face à lui-même. L'ermite s'impose une vie  Seule la volonté de vivre l'empêche de mettre fin à ses jours. Dans les forêts de Sibérie est son journal d’ermitage. Il y consigne chaque jour ses réflexions et les menus événements qui rythment son quotidien .

 

"J 'y ai emporté des livres, des cigares et de la vodka . Le reste - l'espace, le silence et la solitude - était déjà là;"

 

"Le paysage se révèle, intense. Le pays me saute au visage. C’est fou ce que l’homme accapare l’attention de l’homme. La présence des autres affadit le monde. "

 

La tempèrature extérieure est de moins 30° C. La vie s'organise en fonction de la tempèrature extérieure.

 

"La cabane mesure trois mètres sur trois. Un poële en fonte en assure le chauffage . Il deviendra mon ami. J'accepte les ronflements de ce compagnon. Le poële est l'axe du monde. C'est un petit dieu qui posséde sa vie propre. Lorsque je lui fais offrande des bûches, je rends hommage à Homo erectus qui maîtrisa le feu."

 

Sylvain Tesson organise ses journées, lire, écrire et les tâches quotidiennes, couper du bois, s'occuper de ses chiens, pêcher.

Dès qu'il peut , il part marcher, explorer le monde qui l'entoure, à pieds, en raquettes,  grimpant toujours plus haut.

 

"Dans la vie, il faut trois ingrédients : du soleil, un belvédère, et dans les jambes le souvenir lactique de l’effort. "

 

Que ces mots sont justes, j'ai aimé ce livre où la vie est décrite minutieusement de février à Juillet, six mois de l'année. La poésie cotoie les réflexions philosophiques.  Tout est prétexte à la contemplation de dame Nature: que ce soit la vie de la mèsange, la vie de l'ours, la force du vent.


" La vie en cabane est un papier de verre. Elle décape l’âme, met l’être à nu, ensauvage l’esprit et embroussaille le corps, mais elle déploie au fond du cœur des papilles aussi sensibles que les spores. L’ermite gagne en douceur ce qu’il perd en civilité."

 

Je recommande vivement ce livre, je le relirais avec plaisir.

Certaines questions me viennent à l'esprit. Sylvain Tesson a choisi l'isolement pendant six mois, pour échapper à notre société de " sur-consommation" .

Mais qu'en -est-il  aujourd'hui ? Comment est sa vie maintenant ?

Peut-être y - aura-t-il une suite avec un bilan de ce retour  à la vie trépidante ?

 

Unknown-1-copie-1

 

L'auteur : mini2.jpg


Sylvain Tesson est un écrivain et voyageur français né le 26 avril 1972.Il est  géographe de formation,
Il voyage la plupart du temps par ses propres moyens, c'est-à-dire sans le soutien de la technique moderne, en totale autonomie. Ses expéditions sont financées par la réalisation de documentaires, par des cycles de conférences et par la vente de ses récits d'expédition.

 

" Dans les forêts de Sibèrie " - Sylvain Tesson - Gallimard- ISBN/ 9782070129256 -  2011.


 


 

 

 

 

 

 


 

Publié dans Challenge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article